DERNIER NUMERO
RETROUVEZ FRANCE PIZZA SUR
Luana Belmondo, la cuisine en héritage
Le 5 Juin 2015

Luana Belmondo, la cuisine en héritage

Romaine d’origine, vivant en France depuis 25 ans suite à mon mariage, j’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion pour la cuisine. Je ne suis pas chef mais cuisinière du quotidien. Lorsque mes enfants ont été grands et que j’ai décidé de reprendre une activité professionnelle, la cuisine s’est imposée naturellement. Travailler pour la télévision, écrire un livre n’étaient pas programmés car je vis de rencontres. J’ai reçu la cuisine en héritage, j’aime ça. Je me suis formée depuis l’enfance en voyant les femmes de ma famille dans la cuisine familiale. Depuis, j’ai cette attirance, cette passion, la cuisine appelle à elle ceux en qui elle résonne. J’ai souvenir des parfums, la sauce tomate au basilic dès 7h du matin, les gestes que pratiquait ma mère pour confectionner les pâtes, les ravioli avec une grande légèreté et beaucoup de précision à la fois. Je revois une énorme planche en bois toujours pleine de farine.

La cuisine est aussi transmission. Je suis heureuse car les émissions que j’anime me permettent de partager avec les téléspectateurs. Je suis à l’antenne comme en privé, j’oublie la caméra, je reste fidèle à mes émotions. Je suis contente lorsqu’on m’arrête dans la rue pour me dire « j’ai acheté votre livre » ou « j’ai fait telle ou telle recette ». Mon fils ainé Alessandro a attrapé le virus. Lorsqu’il est né, j’allais tous les mois en Italie avec lui, maman venait à Paris, il a été influencé par sa grand-mère, la culture culinaire italienne. Dans ma famille on n’a jamais donné de petits pots aux enfants car on a toujours tout cuisiné ; ça leur donne un palais différent. Il a commencé par des études d’économie et de gestion à la Sorbonne puis l’école hôtelière et aujourd’hui il est en stage chez Hélène Darroze.

Arrivée en France à l’âge de 19 ans, ma cuisine est italo-française mais l’huile d’olive continue d’avoir le dessus sur le beurre et la crème, le parmesan sur le gruyère et le Comté. J’ai toujours de la mozzarella, du parmesan, du jambon de Parme, de la roquette dans mon réfrigérateur et de l’huile d’olive pour un bon antipasti ou des pâtes.

J’adore préparer le risotto, j’ai l’impression de prendre soin d’un être vivant. Il faut le nourrir avec le bouillon, s’en occuper tout au long de la cuisson. Je l’agrémente de produits de saison,  de blancs de poulet, de poisson, de coquilles saint Jacques… C’est un plat que tout le monde aime bien. Je ne suis pas « dessert » mais je fais de la pâtisserie du quotidien, simple, familiale comme les tartes.

La France est plus riche que l’Italie sur le plan de la gastronomie, alors que l’Italie est très attachée à la qualité et au respect des produits. Une bonne burrata ou une bonne mozzarella avec un filet huile d’olive, de la tomate, de l’avocat, du basilic… Je ne cuisine pas bio mais j’adhère à l’agriculture raisonnable en sélectionnant des produits de saison cultivés en France. A Rome, il n’y a pas Rungis et sur les marchés de quartier on ne trouve pas la diversité de provenance des marchés parisiens, la plupart des marchands sont de petits producteurs qui ne vendent que quelques légumes en quantité restreinte.

Aujourd’hui à Paris on trouve tous les types de pâtes, une bonne mozzarella, une bonne burrata, des huiles d’olive, ce qui n’était pas le cas il y a 15-20 ans. Même dans les grandes surfaces, on trouve de bons produits. Je vais souvent faire mes courses à la coopérative Cisternino près de la place de la Madeleine, on y parle italien, les horaires sont à l’italienne, ça ferme à 13h, ça rouvre à 16h pour laisser le temps de la sieste. J’y trouve la mortadelle à la pistache de Bologne, la bresaola que je prépare avec un peu de roquette, citron, huile d’olive… Par habitude, je continue à faire venir mon huile d’olive d’Italie parce qu’une amie de maman en produit pour sa consommation personnelle. Par contre j’apporte mes tomates d’Italie notamment pour les conserves que je prépare pour l’hiver parce que je n’en trouve toujours pas d’aussi bonnes en France…

Luana Belmondo anime l’émissions de cuisine « Bienvenue chez Luana » sur Cuisine + et intervient dans l’émission « Ç’est à vous » France 5, elle est l’auteur de « A table avec Luana » et «  Je viens cuisiner chez vous ». 

Dans la même catégorie

Vous serez également intéressé par :

Les services France Pizza