Bienvenu(e) !

Accédez ici à tous les outils que Francepizza.fr met à votre disposition pour gérer votre abonnement

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez-vous dés maintenant et bénéficiez d'une offre spéciale d'abonnement au magazine FRANCE PIZZA

 

Accés abonnés

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Newsletter snacking.fr
Pour vous abonner et recevoir toutes les actualités de la Pizza, utilisez notre formulaire d'inscription


Forum Francepizza.fr
5169 membres
Rejoignez tous les passionnés de la plus grande communauté de la pizza sur le web !

Accueil > Actualités de la pizza > Le riz italien, n°1 en Europe, par Sergio Feccia
L\'INVITE
03 Novembre 2018
Le riz italien, n°1 en Europe, par Sergio Feccia

Il y a 1 an, l’agence italienne pour le commerce extérieur organisait en France la semaine du risotto en partenariat avec l’Ente Nazionale Risi. Avec Sergio Feccia, technicien de laboratoire qui réalise depuis 40 ans des analyses du riz au sein de cet organisme, coup de projecteur sur la céréale dont l’Italie est le 1er producteur de la communauté européenne avec 1,4 million de tonnes par an.

 

Présentez-nous l’Ente nazionale risi 

Depuis 1931 l’organisme a un rôle de tutelle sur toute la filière de la riziculture italienne, agriculteurs et industriels. Il a des antennes dans différentes régions d’Italie où le riz est cultivé : Ferrara dans le delta du Po, Isola della Scala (province de Vérone en Vénétie), dans le Piémont, en Lombardie, en Sardaigne. Il est doté d’un centre de recherche sur le riz avec un laboratoire d’analyse, qui s’intéresse à l’agronomie, à la génétique. Des analyses qualitatives sont réalisées sur des variétés sélectionnées, des échantillons de paquets vendus en supermarchés, notamment pour en connaître le comportement à la cuisson, à notre initiative ou sur saisine comme par exemple des entreprises françaises qui le transforment en farine. Le laboratoire étant certifié, la rigueur des analyses est garantie. L’ente nazionale risi dispose aussi de la plus importante bibliothèque au monde sur toutes les variétés de riz du globe.

Est-elle garante d’une qualité ?

L’Italie est le 1er pays producteur de riz de la communauté européenne. 90 % de la production de riz d’Italie est cultivée en Lombardie et dans le Piémont. 50 % sont consommés en interne, 50 % sont exportés, ce qui suppose de cultiver des variétés qui satisfont les consommateurs externes pour répondre à des exigences économiques. De même, pour satisfaire la communauté asiatique d’Italie, le pays cultive une variété de riz qui a les qualités de celui qu’elle a l’habitude de consommer. Des croisements naturels de variétés peuvent être réalisés entre 2 plantes pour optimiser leurs qualités du point de vue agronomique. Ente nazionale risi contrôle aussi si une superficie prétendue bio l’est effectivement. Depuis le 1er septembre, est entré en vigueur en Italie une réglementation qui garantit les différentes typologies de riz avec une exigence de traçabilité de la rizière à l’assiette du consommateur. La recherche et les échanges entre chercheurs sont essentiels. Nous travaillons notamment avec l’INRA de Montpellier qui étudie les céréales dont le riz camarguais.

Que faut-il savoir pour comprendre le riz ?

Le riz est composé d’amidon qui se décompose entre amylose et amylopectine, la première a une structure linéaire, celle de l’autre est plus ramifiée. C’est la concentration en amylose, mise en évidence par des analyses colorimétriques, qui fait la différence entre les variétés de riz. De 0 à 2 % on parle de variété waxy que l’on trouve en Asie, de 20 à 50 % c’est une teneur intermédiaire, au-delà de 50 % ce sont des riz à haute teneur apparente en amylose. Un riz composé de peu d’amylose à un aspect de colle une fois cuit, il convient par exemple pour la préparation des desserts. Une basse teneur (10-20 %) en amylose donne après cuisson des riz peu consistants assez collants. Entre 20 et 50 % d’amylose, ils se détachent mieux. Au-delà, le grain est consistant et se détache bien.

Y a-t-il une définition du riz de qualité ?

Non, la qualité dépend des habitudes culturelles. Les Japonais préfèrent un riz à la teneur en amylose inférieure à 20 % pour préparer les sushi, ce qui s’explique par l’utilisation des baguettes. En Inde, les Indiens mangent le riz avec les mains, il doit être peu collant et bien se détacher pour ne pas salir les mains, ce qui implique un contenu élevé en amylose. Pour les Italiens, le riz pour faire le risotto doit avoir un grain long et large. Selon les variétés, la teneur en amylose est aux alentours de 20-25 %. Elles représentent environ 20-30 % de la production de riz en Italie.

Comment réussir un risotto ?

Pour préparer le risotto, plusieurs variétés sont adaptées. Les plus connues sont le Carnaroli (20-25 % d’amylose) et l’Arborio (moins de 20 % d’amylose), tous deux cultivés dans le Delta du Po ont des grains longs et larges. On peut aussi utiliser le Vialone nano (20-25 % d’amylose) cultivé dans le Véronaise, le Mantovano et Pavie, notamment pour le riz alla pilota. Parmi les riz à grains longs, larges et perlés, il y aussi le Volano (cultivé dans le Ferarrese, Pavie), le Baldo (cultivé dans le delta du Po),  le Sant’Andrea (cultivé à Vercelli, dans la zone de Baragia), le Roma  (cultivé dans le Vercellese, à Pavie). En Italie, il y a deux façons principales de procéder pour préparer un risotto. Dans le Nord (Lomabrdie, Piémont), c’est par absorption de l’eau : après avoir fait revenir le riz dans un peu d’huile on ajoute du bouillon. A Vérone, on trouve le riz alla pilota, le riz est cuit à l’eau d’un côté et on ajoute ensuite la sauce préparée à part. C’est peut-être une alternative peu connue en France pour préparer le risotto.

Demain ?

Le riz étuvé. C’est un riz précuit qui est macéré dans l’eau chaude avant d’être traité à la vapeur. L’amidon est gélatinisé, il suffit ensuite de le cuire un quart d’heure mais il ne craint pas la surcuisson, le grain conserve sa forme et sa consistance. C’est intéressant pour la restauration collective.


L\'INVITE
30 Septembre 2018
« On parle plus de pizzaïolos que de chefs en Italie ! », par Paola Mencarelli
Alors qu’elle aurait dû enseigner le français grâce à son diplôme en langues, Paola Mencarelli est depuis 2006 critique gastronomique pour le Gambero Rosso, prestigieux guide gastronomique italien, journaliste et ...
lire la suite
L\'INVITE
30 Août 2018
Pazzi, le robot-pizzaïolo par Philippe Goldman
Pazzi est un nouveau concept de pizzeria dans lequel 3 bras robotisés s’articulent dans une cage de verre à la vue des clients pour confectionner des pâtons, étaler la pâte, ...
lire la suite
L\'INVITE
02 Juillet 2018
Le clan des Mamma, antipasti, pizza et cocktail
Déjà fondateurs depuis 2008 d’une vingtaine de restaurants sous enseigne Les Fils à Maman, Julien Hemmerdinger, Alban Binoche, Laurent Guarrera et Jérémy Laroche ont ouvert la 1re pizzeria du Clan ...
lire la suite
L\'INVITE
01 Juin 2018
Fusion franco-italienne en cuisine par Annibale Fracasso di Torrepaduli
Chargé de la communication et des relations extérieures pour la chambre de commerce italienne de Lyon (CCIL), Annibale Fracasso di Torrepaduli a pour mission de traduire en actions concrètes les ...
lire la suite
L\'INVITE
01 Mai 2018
Portrait de Farid Seghari, champion de France de pizza 2018
Pizzaïolo propriétaire depuis 3 ans du restaurant La Regina di Napoli à Aix-en-Provence, Farid a fait ses premiers pas dans la pizza, il y a près de 40 ans. Après ...
lire la suite
L\'INVITE
27 Mars 2018
La cuisine italienne : saine, esthétique, facile
Professeur de latin-grec, Andrea Fesi vient de terminer son doctorat sur les phénomènes de continuité alimentaire de l’Antiquité à nos jours. C’était aussi le thème de son intervention lors d’une ...
lire la suite